Au début des années 90, un groupe de chercheurs japonais firent le constat que les Thaïlandais souffraient beaucoup moins de cancer du système digestif que les Japonais, les Philippins ou les Occidentaux. Des recherches qui débutèrent en 1993 montrent que la traditionnelle et populaire soupe Thaï Tom Yum Gung manifeste des propriétés anticancéreuses plus puissantes que certains antioxydants, y compris la vitamine C et le bétacarotène, qui sont pourtant deux références en la matière. Il semblerait que ce soient des substances trouvées dans le galanga (Gao Liang Jiang en chinois), la citronnelle et les feuilles du kaffir lime ( ?), trois des principaux ingrédients de cette soupe, qui possèdent de puissantes vertus inhibitrices des tumeurs. A suivre et à boire… mais attention c’est très, très piquant. Palais sensible s’abstenir… Pendant que les médias et les vaches folles médicales françaises tentent à nouveaux de salir la réputation de la phytothérapie chinoise, une expérience menée par des scientifiques français et chinois, (octobre 1999), a prouvé qu’un remède traditionnel à base de plantes chinoises favorise la génération des cellules osseuses pendant le vol spatial. Ce traitement préventif pourrait donc réduire les effets de l’ostéoporose chez les astronautes.