Une rhinite allergique ancienne et permanente stoppée en quelques jours. Quand le diagnostic est juste, quand le choix de la formule est juste, les résultats peuvent être très rapides. Je poursuis la présentation de quelques cas cliniques récents traités grâce à la médecine chinoise classique et en particulier la méthode des prescriptions classiques (jīng fāng 经方).

Il s’agit d’un jeune homme de 17 ans qui souffre de rhinite allergique depuis l’âge de 9 ans. Il en souffre quotidiennement et pendant toute l’année. Le diagnostic médical a conclu à une allergie aux acariens. Il semble être allergique à d’autres allergènes qui n’ont pas pu être déterminés. Sous traitement antihistaminique, il souhaite se soigner plus naturellement et voir disparaître ses allergies. A la deuxième consultation, la maman du patient m’annonce avec un visage empreint d’étonnement que les allergies qui étaient permanentes, se sont complétement arrêtées au bout de quelques jours du traitement. Comment est-ce possible ?

Traitement

J’ai utilisé chez ce jeune homme un traitement très simple, très basique et particulièrement efficace s’il correspond au déséquilibre du patient : Xiǎo Qīng Lóng Tāng 小青龙汤 (Petite décoction du dragon bleu).

Symptomatologie

L’examen et l’interrogatoire au moment de la consultation, permet de mettre en avant les signes et symptômes suivants :

  • Rhinorrhée claire comme de l’eau
  • Démangeaisons sévères du nez
  • Eternuements suivis de rhinorrhée
  • Le nez tend à être souvent bouché
  • Démangeaisons dans les yeux
  • Les lieux fermés ou humide aggravent les symptômes allergiques
  • L’allergie est plus forte en été mais elle est permanente
  • Tendance à transpirer des mains dans la journée cependant il ne transpire pas facilement dans le reste du corps et a une tendance à être anxieux.
  • Parfois douleur de la tête, en particulier avec une exposition trop importante au soleil
  • La langue est rouge à la pointe et un peu gonflée
  • Le pouls est en corde (xián 弦), fin (xì 细), et légèrement flottant (fú 浮) sur le cùn 寸 droit.

Diagnostic

Pour faire un bon diagnostic, il faut d’abord ne pas avoir d’idée préconçue et essayer de tirer des conclusions sur ce que l’on observe et non pas traiter celui des idées toute faite. Ici il existe trois groupes de symptômes : ceux liés à la surface tài yáng (les démangeaisons, les éternuements, la congestion nasale, les maux de tête), ceux à l’interne tài yīn (les rhinorrhées), ceux du yáng míng (transpiration des mains et l’anxiété). Les démangeaisons sont typiquement un signe d’atteinte de la surface tài yáng. La congestion, les éternuements et les céphalées viennent confirmer cela ainsi que le pouls légèrement flottant (fú 浮) sur le cùn 寸 droit. Les céphalées sont souvent considérées comme des montées du yáng du foie ou de stase de sang. On oublie très souvent que la cause la plus fréquente chez nos patients est la présence de pervers en surface. Ici c’est d’ailleurs confirmé par le fait que les maux de tête se manifestent surtout en cas d’exposition à la chaleur. La surface étant déjà perturbé, cette chaleur externe, vient provoquer la douleur de la tête. Les mucosités sont aqueuses, fluides. Ce sont donc des mucosités froid, qui sont aussi nommées mucosités-yǐn. Elles sont toujours induites par une mauvaise gestion des liquides par le centre, c’est un déséquilibre du tài yīn. La plainte majeure étant les allergies respiratoires, je me concentre sur le traitement du tài yáng et du tài yīn.

Comment interpréter les mains humides ? La transpiration des mains est induite par une chaleur interne du yáng míng qui chasse les liquides à l’extérieur et qui est aussi en lien avec l’anxiété. Ces symptômes ne sont pas liés à un déséquilibre du foie. Dans le milieu de la médecine chinoise francophone, on associe souvent allergie et foie, ce qui n’a pas beaucoup de sens, d’un point de vue en tout cas des théories diagnostiques de la médecine chinoise. Ici aucun symptôme ne désigne un syndrome de foie. Etant donné que l’anxiété est mineure, que la transpiration des mains semble peu prononcée, je décide dans un premier temps de mettre de côté ces deux éléments pour me concentrer sur la plainte majeure. Je propose alors une prescription célèbre qui traite une maladie combinée tài yáng/tài yīn : Xiǎo Qīng Lóng Tāng 小青龙汤 (Petite décoction du dragon bleu).

Effets et résultats thérapeutiques

Je donne cette prescription pour 18 jours. A la deuxième consultation, les allergies ont complètement disparues : pas de démangeaison, pas de nez qui coule, pas de nez bouché, persiste un peu d’éternuement de temps à autre et sans commune mesure à ce qu’il y a avait. J’observe qu’il parle encore un petit peu avec le nez, moins qu’avant. En outre le jeune homme se sent bien, avec plus d’énergie. La présence d’un peu d’éternuement démontre que le syndrome tài yáng n’est pas complètement contrôlé bien que le patient soit fortement amélioré. Je donne donc exactement le même traitement pour 18 autres jours. Après cette nouvelle cure, les éternuements sont encore plus rares, sa voix n’est presque plus nasale, et il n’y a plus aucun autre symptôme. Il ne prend plus d’antihistaminique. J’ai donc voulu arrêter le traitement. Il me fait part de son désir de continuer les plantes car il veut être tranquille pour l’année de son Bac. Sans allergie et sans antihistaminique, il se sent mieux, plus alerte intellectuellement. Je lui propose alors le même traitement avec une modification qui lui permet de le prendre sur un plus long terme, pour 24 jours et qui est le suivant :

  • Herba Schizonepetae Tenuifoliae (Jing Jie) 10g
  • Radix Saposhnikoviae Divaricatae (Fang Feng) 10g
  • Ramulus Cinnamomi Cassiae (Gui Zhi) 10g,
  • Radix Albus Paeoniae Lactiflorae (Bai Shao Yao) 10g,
  • Rhizoma Zingiberis Exsiccata (Gan Jiang) 10g,
  • Radix Glycyrrhizae Praeparata (Zhi Gan Cao) 6g,
  •  (SHENG) Fructus Schisandrae Chinensis (Wu Wei Zi) 10g,
  • (QING) Rhizoma Pinelliae Ternatae (Ban Xia) 10g

Il prit ce dernier traitement deux fois en tout. Aucune allergie, ni éternuement, ni aucun autre symptôme ne se manifesta. Il eut son Bac avec mention (je n’y suis pour rien) et étudie actuellement en France. Aux dernières nouvelles par un de ses amis proches, il n’a pas d’allergie. Il peut éternuer de temps en temps et cela ne va pas plus loin. Il ne prend plus ni traitement de phytothérapie chinoise ni de médicament allopathique. Quand le diagnostic est juste, quand le choix de la formule est juste, les résultats sont magiques.

Intéressé par d’autres articles ? Envie d’en savoir plus sur la médecine chinoise ? Vous souhaitez connaître les livres de Philippe ?

Cliquez ici pour visiter le site www.sionneau.com